Le communiqué

COMMUNIQUE DE PRESSE
du PARTI des ENFANTS du MONDE
Siège: 22, rue Maurice Blondel
21 000     DIJON
Tél + fax: 03 80 42 12 33
L’association Le PARTI des ENFANTS du MONDE souhaite que les candidats à l'élection présidentielle 2007 s'engagent à garantir les engagements de la France à savoir le respect de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, adoptée par l’ONU le 20 novembre 1989 et ratifiée par le Parlement français le 2 juillet 1990.
Cette association, fondée par Marie-Eléonore Chartier et Michel Dudragne, basée à Dijon, s’est donnée pour but de faire connaître et de veiller à l’application de cette Convention.
Elle propose entre autres, la création d’une Haute Autorité Internationale aux Droits de l’Enfant qui pourrait être saisie pour tout manquement au respect de la C.I.D.E. d’une part, et l’instauration de règles bioéthiques internationales, d’autre part.
Depuis sa création en 1999, Le PARTI des ENFANTS du MONDE a obtenu :
F la reconnaissance de la résidence alternée des enfants après la séparation des parents et l’instauration du recours à la médiation familiale : Loi n° 2002-305 du 4 mars 2002 relative à l’autorité parentale (suite à son audition du 20 décembre 1999 au Ministère de la Justice et à de nombreux courriers adressés aux Ministères et aux Députés),
F la mise en place d’une cellule de médiation familiale internationale au sein du ministère de la Justice (après son audition du 28 mai 2001),
F la possibilité de se référer en droit interne à la C.I.D.E. à Arrêt de la Cour de Cassation du 18 mai 2005 (suite à son courrier du 7 mai 2005 adressé à Monsieur Jacques Chirac, Président de la République).
Statutairement neutre politiquement, Le PARTI des ENFANTS du MONDE demande cependant à ce que les candidats à l'élection présidentielle s’engagent à faire respecter les droits de ceux qui ne votent pas, à savoir les enfants.
Nous les invitons à signer la charte ci-jointe.
Par ailleurs, nous préconisons un renfort de la coparentalité notamment lors des divorces et des séparationset faire baisser les chiffres de la  délinquance des mineurs :
F En développant et en généralisant le recours à la médiation familiale afin de désamorcer les conflits qui génèrent trop de souffrances sur les enfants.
F En encourageant la coparentalité effective (résidence alternée des enfants) afin de responsabiliser tant les pères que les mères vis à vis de l’éducation de leurs enfants.

A Dijon, le 15 mars 2007
Pour le Conseil d’Administration
Michel DUDRAGNE, Présidenter votre texte ici

2 votes. Moyenne 3.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site