La parité

La prise en compte de la parentalité des cheminots par l'entreprise SNCF
(par Michel DUDRAGNE),

Le PARTI des ENFANTS du MONDE est une association apolitique qui  s'est donnée pour but de faire connaître et de veiller au respect de la Convention Internationale des Droits de l'Enfant, adoptée par l'ONU le 20 novembre 1989 et ratifiée par le Parlement français le 2 juillet 1990.
Dans le domaine du divorce et des séparations parentales, période où les enfants subissent d'importantes souffrances psychologiques, le PARTI des ENFANTS du MONDE a obtenu : 
suite à son audition du 20 décembre 1999 au Ministère de la Justice et à de nombreux courriers adressés aux Parlementaires, l'acceptation par la justice de la possibilité de résidence en alternance des enfants entre le domicile du père et celui de la mère ainsi que le recours à la médiation familiale pour la gestion des conflits. Ces mesures sont inscrites dans la loi du 4 mars 2002 relative  à l’autorité parentale.
suite à son audition du 28 mai 2001, la mise en place d’une cellule de médiation familiale internationale au sein du Ministère de la Justice pour la question des couples parentaux binationaux.
suite à son courrier du 7 mai 2005 adressé au président de la République, la révision de l'arrêt de la Cour de cassation qui donne depuis le 18 mai 2005 la possibilité de se référer en droit interne à la C.I.D.E.
Dans l'entreprise SNCF, Michel DUDRAGNE continue à apporter une aide efficace à bon nombre d'agents qui, suite à la rupture de leurs couples, souhaitent continuer à assumer leur rôle parental. Il s'est formé à la médiation familiale, ce qui lui permet d'avoir une approche quasi professionnelle de cette problématique.
Il milite depuis une douzaine d'années pour la parité parentale et pour la conciliation entre vie familiale et professionnelle tant pour les mères que pour les pères. Il a eu à ce propos l'occasion de rencontrer Madame Nicole AMELINE, l'ex Ministre de la Parité et de l'égalité professionnelle ainsi que Madame Nicole PRUD'HOMME, présidente de la Caisse Nationale d'Allocations Familiales pour, entre autres, la question du partage des allocations familiales entre les parents séparés dans les situations de résidence alternée.
A la SNCF, il constate que le nouvel accord sur la mobilité a tendance à dégrader un peu plus qu'avant l'exercice des droits de visite accordés aux parents qui n'ont pas la résidence habituelle des enfants, en général les pères (dans 85 % des situations). En effet, malgré la loi du 4 mars 2002, le pourcentage de résidences alternées tourne toujours autour de 10 % comme avant lorsque ce mode de ''garde'' n'était pas acceptée par la justice. Cette dernière continue à accorder une certaine préférence aux mères qui, hélas pour beaucoup d'entre elles, ne font pas beaucoup d'efforts pour maintenir le lien père-enfant(s) : non représentations d'enfant, dénigrement, manipulation psychologique appelée aussi syndrome d'aliénation parentale, déménagement et parfois allégations mensongères.
Les conséquences sont très souvent catastrophiques tant pour l'enfant (perte des repères et des valeurs : irrespect, échec scolaire, associabilité,  fugue, toxicomanie, délinquance, suicide) que pour le parent non ''gardien'' (rupture des liens, dépressions, suicides).
Sur les 12 millions de faits enregistrés en 2005, la délinquance des mineurs a représenté (chiffres de l'observatoire national de la délinquance) :
40,3 %  des violences physiques
 non crapuleuses,
34,1 %  des destructions ou
dégradations,
31,8 %  des vols,
24,8 %  des recels,
23,5 %  des violences sexuelles,
14,5 %  des infractions à la
législation sur les stupéfiants.
Sur les adultes :
En 2006, sur les 410 tentatives de suicide par jour, 30 ont abouti : 23 hommes et 7 femmes, soit 10 784. 
Les suicides représentent environ 2 % de la mortalité en France, plaçant notre pays  au 3ème rang européen.
Ces chiffres sont à comparer avec ceux de la violence conjugale physique dont chacun s'accorde à dire qu'elle est en général du fait des hommes : « une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son compagnon » selon le spot du 3919.
Rares sont les ''spécialistes" qui tentent de comprendre les raisons qui poussent tant de personnes à en finir avec la vie : chômage, précarité, maladie, échec sentimental, endettement, rupture des liens familiaux, harcèlement
Des faits récents, ont dévoilé ces petits crimes solitaires dans le monde de l'entreprise. La SNCF avait entrepris une démarche louable en 1995 lorsqu'elle avait mis en place un service de médiation familiale gratuit pour ses agents sur toute la France. Même si elle ne pouvait le maintenir pour des raisons de cadrage de cette profession, nous demandons à ce qu'elle diffuse régulièrement une information sur ce mode de règlement des conflits.
En effet, la médiation familiale :
apporte un soutien psychologique,
évite les pièges et les dangers de la judiciarisation des divorces, notamment l'escalade des conflits entre pères et mères,
aide les parents à élaborer ensemble un projet d'entente éducatif de leurs enfants : exercice conjoint de l'autorité parentale,
aide à définir une organisation de la prise en charge matérielle et financière des enfants,
préserve les liens familiaux élargis.
En résumé, tous ceux qui considèrent  :
que l'éducation des enfants n'est pas uniquement l'affaire des femmes. Les pères ont aussi une place et un rôle.
que la parité hommes-femmes se décline également dans la sphère familiale ou privée (partage des responsabilités parentales),
 que les liens pères-enfants sont aussi importants que les liens mères-enfants,
que les conflits peuvent avoir de graves conséquences.
sont incités à prendre contact avec
Michel DUDRAGNE, président du
PARTI des ENFANTS du MONDE
Tél-fax-répondeur : 03 80 42 12 33.
« Tout comme le train relie les hommes, la médiation familiale préserve les liens humains par le dialogue »

9 votes. Moyenne 1.89 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site